Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« Athéna dite Pacifique | Accueil | Jumiège et ses légendes I »

08 mai 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

wictoria

ce récit est fabuleux, Marsyas est devenu une peau de tambour...et sa silhouette reste de marbre

Annick

elles sont terribles ces légendes...celle ci et la précédente...

amichel

de Hérédia (dans les trophées)
Marsyas

Les pins du bois natal que charmait ton haleine
N'ont pas brûlé ta chair, ô malheureux ! Tes os
Sont dissous, et ton sang s'écoule avec les eaux
Que les monts de Phrygie épanchent vers la plaine.

Le jaloux Citharède, orgueil du ciel hellène,
De son plectre de fer a brisé tes roseaux
Qui, domptant les lions, enseignaient les oiseaux ;
Il ne reste plus rien du chanteur de Célène.

Rien qu'un lambeau sanglant qui flotte au tronc de l'if
Auquel on l'a lié pour l'écorcher tout vif.
O Dieu cruel ! O cris ! Voix lamentable et tendre !

Non, vous n'entendrez plus, sous un doigt trop savant,
La flûte soupirer aux rives du Méandre...
Car la peau du Satyre est le jouet du vent.

brigetoun ou Brigitte Celerier

et j'ai toujours aimé cette statue.

Cristina M

C'est vrai que l'angoisse et la souffrance sont trés bien exprimées sur le visage
de cette statue, elle me fait un peu peur.
Il es trés beau le poème d'Amichel

Pam

oh !... et pourtant la musique adoucie les moeurs !?

Bravo Tiago pour ce récit, bravo Amichel pour ce poème.

Baïlili

Cette statue fait mal à voir. La douleur est visible. Brrrrrr, j'en frissonne...

Ossiane

Bravo pour le récit mais cette statue m'angoisse terriblement tant elle exprime la souffrance absolue. Bon week-end, Tiago!

arion

Magnifique comme toujours, dans le propos et l'approche. Avec ce blog on a confirmation que "la beauté, comme disait Stendhal, est une promesse de bonheur".

JC-Milan

Le supplice des écorchés est un de ceux que j'arrive moins à concevoir et accepter... Curieux qu'on l'associe à la musique et à l'ambition

Guess Who

Amichel : merci, je ne connaissais pas ce poème d'Héredia !

Arion : merci beaucoup pour le compliment ...

Et à tout le monde : oui hélas, parfois la musique n'appaise pas les moeurs

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.