« Charles Baudelaire - Le Chat | Accueil | Mireille Fargier-Caruso, Encore une fois »

04 décembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

marie-claire

(...)

Rien ne lui est jamais acquis ; d'un jour à l'autre, d'un moment à l'autre, il pourrait la voir s'évanouir dans le monde comme une parole dans la forêt.
À propos de forêt : il a l'impression de ne pouvoir s'enraciner en elle, de ne rester qu'en surface.Elle le remercie pour tout ce qu'il lui apprend : il a honte de ce qu'il sait, de ce qu'il a depuis longtemps accumulé. De son passé.
De fait, il lui apprend la beauté des choses et la laideur du monde, et puis aussi la beauté du monde et la laideur des choses.

(...)

Extrait "Propos sur l’imparfait" Jacques Drillon

Belle journée....

Marieclaire

Guess Who

Sourire ... joli rebond ... comme une suite ...

Annick

C'est très beau...

Nyaël

ah ?
ah !
qq pensées retenues

""Donc, si vous m'approchez
Attendez-vous à un brin de folie
Il n'y a pas que des pins dans la philosophie

je vis paisible
Les vents me prenent pour cible

Les branches de mon cerveau
Vibrent au soleil et au vent

Ma résine est ma raison
Regardez sur le ciel
Le fou très réel ""
.............
""il a l'impression de ne pouvoir s'enraciner en elle
il lui apprend la laideur du monde et la beauté des choses ""

et puis ...
Mais, pourquoi aurais-je voulu que ce soit elle qui lui apprenne la laideur des choses et la beauté du monde ? ou vice-versa ...

C'est vrai que c'est comme une suite ..

araucaria

Voici un texte qui va séduire ma fille, sensible aux arbres sculptés par le vent. Nous en avons ici aussi de très beaux.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages