« Tô - Les Orphelins (Extrait) | Accueil | Julien Delmaire - La terre murmure (Extrait) »

29 juin 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

marie-claire

Devant toi comme quelqu'un qui attend
qui attend que la nuit soit consommée
en attendant que tu sois là
l'âme à nue
en plein coeur du rire
envoyée dans tous les sens
débridée par les mots écrits comme ça
en plein jour
en pleine nuit
alors que les coeurs s'entrechoquent
à travers les ondes
provoquent des signes amourachés tendres

Comment résister aux mots désordonnés
sans faux pli
des mots qui provoquent la rencontre l'amitié
la vie jusqu'au bord du risque
le risque de perdre son âme dans l'âme
de l'autre
cet autre soi-même accordé à la vie
ses rythmes
ses accords à travers les saisons provocantes
une provocation d'images chauffées à blanc
pour le bonheur de l'instant

Comment résister aux heures arrogantes
ce trajet de l'esprit en voyage sur les sens
quand le regard touche les courbes brûlantes
du délire
quand la main vient se poser sur le cri

Un silence dérobé à l'envie d'être là
jusqu'au bout

H.Bertrand

Belle journée....

Marieclaire

Lania

Bonjour
Rappelle un conte magnifique, cadeau reçu de Henri GOUGAUX qui avait déjà reçu un cadeau en l'écoutant. Le conte de Sarah qui ne voulait pas être mariée par son père. Sarah qui s'échappe. Qui entre dans le désert. Qui construit sa demeure. Qui attend.
Ils viennent nombreux. Ils frappent chacun leur tour. "Qui est-ce ?" ; "C'est moi", "Quel est ton prénom ?" "Ahmed !" "Passe ton chemin Hamed ce n'est opas toi que j'attends" ; et Ahmed passe, et Rachid aussi, et Moussa, et tant d'autres, et les années. Et sur son manteau Sarah brode leurs noms, un à un.
Et un jour, quelqu'un frappe. Qui répond "C'est toi".
La porte s'ouvre. Elle est vieilllllllllllle. Sur son manteau un fil dépasse, qu'il tire. Un à un les noms s'effacent. Et les rides. Tous deux s'en vont. Où ? Nul n'a jamais su.
Voilà l'histoire "dommageablement" raccourcie. Je n'ai pas voulu abuser. Merci pour votre beau texte

Fan

J'aime ce rebond.

marie-claire

@ Lania....merci...émouvante histoire....belle histoire.....

Marieclaire

Guess Who

@ Fan : moi aussi, j'ai beaucoup aimé le rebond de ce matin ...

Petit Poucet rêveur

De rebond en rebond, le plaisir de lire ne faiblit pas, le plaisir et aussi l'émotion...Merci à vous trois.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages