« Marie-Claire Banquart - La terre est courbe à l'horizon | Accueil | Eugénio Andrade - La passion »

30 janvier 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

marie-claire

A tous points de vue, l'espoir ressemble à la méditation

La méditation est sûrement l'unique réponse face à la douleur


extraits de "Avant poème" / Gabriel Okoundji

Belle journée....
Marieclaire

brigetoun

juste ce qu'il me fallait !

High Noon

La rigueur de vivre se rode
Sans cesse à convoiter l'exil,
Par une fine pluie d'amande,
mêlée de liberté docile,
ta gardienne alchimie s'est produite,
Ô bien-aimée !

Conduite
René Char...Fureur et Mystère

Guess Who

@ Marie-Claire : merci ... je les avais lus ceux là aussi.

@ Hignh Noon et Brigetoun : merci

double je

en dehors des mots de Char,
la photo me séduit par ses couleurs, cette lumière créée pour des moments peu communs...

bon week-end

gmc

A L'ORDINAIRE ETRANGE

Les armes créent le rire
Où le sourire enchanteur
Quand Castor et Pollux
Les montent sur des chevaux
Harnachés pour des parades
Sauvages comme le vent
Des archers parthes
Aux traits forgés
Du métal inoxydable
Qui jaillit valeureux
Dans l'impitoyable pulsion
Des mirages en fusion

Jean SAINT-VIL

Vie de poète

Je vis de l'encre
Qui gribouille
A qui mieux mieux
Une page blanche,
Qu'elle soit bleue
Comme le lointain de l'océan,
A l'horizon de mes illusions,
Qu'elle soit noire
Comme le deuil
Qui fait pleurer
Les rêves en miettes.

Je vis de l'encre
Sur le bon dos
D'une page blanche,
Fière comme une femme
Qui de gaieté de cœur,
Un jour de fête
A fait le deuil
Sans sourciller
Du sceau précieux
De sa virginité.


Jean SAINT-VIL
le 3 juillet 2009


Jean SAINT-VIL

Vie de poète

Je vis de l'encre
Qui gribouille
A qui mieux mieux
Une page blanche,
Qu'elle soit bleue
Comme le lointain de l'océan,
A l'horizon de mes illusions,
Qu'elle soit noire
Comme le deuil
Qui fait pleurer
Les rêves en miettes.

Je vis de l'encre
Sur le bon dos
D'une page blanche,
Fière comme une femme
Qui de gaieté de cœur,
Un jour de fête
A fait le deuil
Sans sourciller
Du sceau précieux
De sa virginité.


Jean SAINT-VIL
le 3 juillet 2009


Jean SAINT-VIL

Aux prises avec les mots

Prendre les mots,
Au fin du fin
De sa pensée,
Les façonner,
Les malaxer,
Les entasser,
Pour en faire
Des tours d’ivoire,
A qui de plein droit
S’en occupera,
Ou les squattera,
A toutes fins.

Prendre les mots,
Fugues d’écrivains,
Toujours très loin,
Dans leur surplace,
Coupés du monde,
Tout en rêvant
De lune, de miel,
Dans leurs écrits.

Prendre les mots,
Sur des échasses,
Qui les élèvent
A la hauteur
Des cieux d’étoiles,
Au bois dormant,
Dans ses lumières
Et dans ses ombres.

Prendre les mots,
Qui jouent sans cesse,
Dans tous les sens,
Comme des souris,
Rêvant d’un monde,
Tout autrement,
Tête à l’écran.


Jean SAINT-VIL
le 3 août 2009

Jean SAINT-VIL

Genre de vie

Je ne vis que de mots,
De mots et de merveilles,
Viatique de mes temps libres,
Pour passer chaque fois
A la dernière vitesse
Qui mène aux beaux écrits.

Je ne vis que de mots,
De mots et de merveilles,
Qui ne rêvent que d’écrire,
Feuille à feuille comme branches
D’arbres qui dansent
Salsa, chachacha.

Je ne vis que de mots,
Mot à mot, feuille à feuille, pied à pied,
Qui s’assemblent et se groupent en ensembles,
Qui ressemblent en vers et contre tout
A des vers de poésie.

Jean SAINT-VIL
le 18 août 2009

Jacques

Bonjour,
Pour l'école je dois analyser le poème "Commune présence" de René Char, ses figures de styles utilisés, sa façon d'écrire, ses rimes? (j'en vois pas vraiment :/), la façon dont les vers sont placés (rimes embrassés,..). Mais j'ai essayé coude que coude à analyser ce poème, je ne trouve pas de rimes, ni de précision pour les syllabes (qques alexandrins mais sans plus),... fin voilà si vous avez m'aider, j'en serais très contente.

Merci bcp!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages