« Paul-Jean Toulet - Les Contrerimes LXVI (Sur l'océan couleur de fer) | Accueil | José-Maria de Heredia - Soleil Couchant »

19 septembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

brigetoun

merci

Odile

Monsieur, le poème que vous avez choisi ce matin est encore superbe, comme toujours, et il ravira plus d'un de vos lecteurs.
Je vais m'attarder sur votre photo, et vous en remercier. Bien involontairement, vous me servez-là sur un plateau de vermeil (l'argent n'est pas assez noble) quelques superbes rendez-vous de mon enfance. Vous ne pouviez pas savoir. Merci. Villefranche...la plage de galets au fond du golfe surplombé par le viaduc du chemin de fer sur lequel partent à l'assaut des bougainvilliers peut-être centenaires...J'ai connu les trajets qui étaient encore effectués sur des motrices à charbon, les trains beaucoup trop longs, et la descente obligée d'un wagon parfois en plein tunnel où nous nous noircissions...La rue "obscure" qui m'impressionnait beaucoup lorsque j'étais gamine...La petite chapelle décorée par Jean Cocteau, jouxtant un petit immeuble appartenant jadis aux Douanes...et puis la Citadelle que je longeais pour rejoindre la Darse, ses chantiers de marine, ses bateaux abandonnés (invitation à vous rendre sur le blog de votre amie Double Je, il y a quelques jours, pour découvrir l'histoire du "Zaca" si vous ne la connaissez pas...) Villefranche dans les années 60, c'était aussi les navires militaires US qui mouillaient dans la rade, des bars mal famés tenus par des femmes très sensuelles et trop fardées, de la casse les nuits de beuverie, la police militaire qui patrouillait en jeep...Ce fût aussi un bâtiment de la Navy qui y fit escale et nous offrit un beau soir d'été un superbe spectacle maritime avec les chaloupes transformées en drakkars...et puis un jour un paquebot, imposant, d'un blanc immaculé dont les passagers étaient véhiculés dans vedettes pilotées par des marins hindous portant un turban... Il y a eu aussi cet hôtel "La Riviéra", presque mitoyen avec une villa occupée par une Diva qui nous régalait de ses répétitions...Villefranche, un fouillis de souvenirs, un inventaire maladroit que je vous offre ce matin, qui n'a rien à voir avec celui de Prévert...Villefranche, des parfums, une atmosphère, un peu de ma vie....Merci beaucoup de m'avoir permis d'ouvrir le tiroir aux souvenirs....J'espère ne pas vous avoir ennuyé en essayant de vous faire partager tout l'amour que je ressens pour cette cité.

lou

Joli texte pour nous le faire revivre
merci

Guess Who

Merci pour votre long commentaire Odile
Je connais bien le Zacca ; en réalité je le vois tous les jours puisqu'il mouille à 5 minutes à pied de mon bureau !

Effectivement, j'ai parfois pensé faire une note sur ce bateau que je vois chaque jour en train d'être restauré.

Contraiement à ce qui est dit un peu partout, ce bateau n'a pas prit la mer depuis 6 ans au moins car les travaux de restauration sont loin d'être finis

double je

ce petit recueil est un délice, la poésie de Darwich fait partie de mes classiques...
quelle belle lumière sur Villefranche...

Cristina M

C'est un vrai plaisir
Tant pour les yeux
Et pour l'âme
ces poèmes
que je viens de découvrir
ainsi que la photo choisie.

Guess Who

Merci Double je ... il faut se lever tôt pour l'admirer cette lumière !

Beijinhos maninha

Merci Marie Claire, surtout que je ne connaissais pas ce poète !
Il va falloir que j'aille à la chasse de ses poèmes ...

araucaria

Monsieur, merci d'avoir répondu.
Votre note sur le Zaca serait une excellente idée, un superbe cadeau offert à vos lecteurs. Je vous envie de pouvoir ainsi le contempler. Vos photographies de voiliers ou autres navires sont toujours sublimes (reportage sur l'Armada, pour un rapide retour en arrière) et vos textes expriment avec force votre nature d'amoureux de la mer, des bateaux et des voyages. Même si sa restauration n'est pas terminée, il doit avoir fière allure ce coursier des mers... dans le port de la Darse, à quai, à côté d'un autre voilier noir dans le même triste état d'abandon, il gisait-là comme un animal blessé.

R

Pourquoi ne partager pas la souffrance du peuple palestinien?!
Mahmoud Darwich était cette souffrance, terre et femme sont souvent, pour lui, la même chose.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages