« Kenneth White - Ecoutez vieil homme écoutez | Accueil | Tseu Yeh - A celui qu'on aime »

15 février 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Araucaria

Hummmmm, il en a bien de la chance l'auteur de ce blog, aller photographier l'Océan : beau programme. Se régénérer aussi sur les terres de son enfance, oui, tous n'ont pas cette chance! Monsieur, vous rapporterez encore, je le crois, de beaux "regards animaux" dans vos valises. Merci d'avance. "Ecrivaillon???????" faites un délicieux voyage! et rêvez, oui rêvez.....

Monique

Bel envol vers l'Océan. A bientôt, je reste avec tous vos amis poètes en attendant votre retour.

nina

bonnes vacances Tiago

double je

à bientôt

marie turpault

Comme le patron est parti je vais squatter son blog avec un poème d’Alfred de Musset adressé à Georges Sand :

Voulez-vous qu'un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d'un coeur
Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Alfred de Musset

Et pour faire bonne mesure je vais resquatter le blog de Tiago dans quelques jours pour vous donner la réponse de George Sand.

Bizzzzzz et bonnes vacances Tiago

Araucaria

Merci d'avoir eu cette idée généreuse. Des vers de Musset ne se refusent pas. Parole de vieil arbre qui restent sans mots, mais avec tous ses maux.

Araucaria

hummmm désolé, l'arbre marche la cime à l'envers en ce moment, et il a fait des horribles fautes.

jjd

Des yeux de quel homme
Recevrai-je la vue
Des yeux de quelle femme...
Goéland cherche encore

marie turpault

Suite et fin ...
Voici donc la réponse de George Sand :

Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

George Sand

Bien entendu il fallait comme le demande Musset prendre les premiers mots de chaque vers…
Zétaient coquins ces deux là…
Bizzzzzzzzzz à tous et excusez mon intrusion cher Tiago !

Araucaria

Merci pour cette délicieuse récréation. Coquins? Vous trouvez? Musset me semble tout à fait normal, et Madame Sand un peu "frileuse" pour une fois. Si vous vous promenez un jour dans la demeure de George Sand, à Nohant dans l'Indre, vous pourrez y croiser bien des personnages (Musset, Chopin, Balzac, Delacroix...). Il y a encore trâce de leur présence dans le manoir, qui tient beaucoup plus d'une grosse batisse de campagne que d'un chateau, et encore plus dans le Parc du domaine où repose cette grande dame. Plusieurs tombeaux dont le sien, des statues, des ombrages, une atmosphère assez pesante parfois, surtout si la visite est effectuée en fin d'après-midi, ou lorsque le paysage est envahi de brume, une promenade à la fois dans un parc et dans un cimetière. Une ambiance très romantique qui rappelle un peu les Hauts de Hurlevent, et aussi le Colloque Sentimental de Verlaine, à la différence près que le fantôme de Madame Sand entraîne dans son sillage celui d'un grand nombre d'illustres hommes et pas d'un seul pauvre spectre fidèle et énamouré. Aucun visiteur, je le crains, ne peut sortir indemne de ce voyage dans le passé.

amichel

la lettre de George à Alfred qui inspira la réponse d'alfred citée par marie turpaut

svp ...lire une ligne sur deux pour comprendre ...


Je suis toute émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre jour que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir ainsi
vous dévoiler, sans artifice, mon âme
toute nue, daignez me faire visite,
nous causerons et en amis franchement
je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde, comme la plus étroite
amitié, en un mot : la meilleure épouse
dont vous puissiez rêver. Puisque votre
âme est libre, pensez que l'abandon ou je
vis est bien long, bien dur et souvent bien
insupportable. Mon chagrin est trop
gros. Accourrez bien vite et venez me le
faire oublier. A vous je veux me sou-
mettre entièrement.

Votre poupée

araucaria

Eh bien ma fois, propos étranges pour une poupée. Cela ressemble quand même beaucoup plus à la vraie George Sand, qui avait du "tempérament". Merci pour cet extrait.

Gwen

J'ai hâte de voir ces photos... Sintra... Un ravissement ! Profitez-en pleinement, durant ce temps je me nourrirai de ces poèmes qui fleurissent ici !

Bonnes vacances

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages