« Emily Dickinson - Je n'avais pas le temps d'haïr | Accueil | Au sud du rêve - Arlindo Barbeitos »

05 février 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Araucaria

"Nous délaissent sans prévenir les plus beaux de nos jours, et les larmes viennent après, dans les après-midi rejouées de solitude et de remords, quand nous avons atteint l'âge du regret et celui des retours. Les visages et les gestes que nous traquons dans l'ombre des puits de nos mémoires, les rives, les bouquets, les caresses, les silences boudeurs, les taloches aimantes, l'amour et le don de ceux qui nous mènent au seuil de la vie creusent notre souffrance autant qu'ils nous apaisent.
Nous vivons parmi de grands pans de lumières hâchés de noirs fracas. Il faut nous en convaincre."

Le café de l'excelsior de Philippe Claudel

Très beau ce lièvre!

Guess Who

J'ai omis de le mentionner sur la note : il s'agit d'une sculpture de Flannagan. La vue a été prise lors d'une exposition à Nice il y 4 ou 5 ans

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages