« Fernando Pessoa - Moi, moi même | Accueil | Dylan Thomas, Laisse-moi fuir »

24 juin 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

laTartine

Je découvre Henry Thomas avec ce poème plutôt triste.
J'ai l'impression de reconnaître les arcades de la rue Malé náměstí à Prague. Tu confirmes? Mais il doit en exister d'autres ailleurs.

Guess Who

C'est vrai. Je connais mal Henri Thomas et parmi les poèmes de lui qui se trouvaient dans ma bibliothèque c'était l'un des plus beaux ...
Pour la photo, désolé, mais tu n'y est pas du tout : il s'agit de Ponzone, toute petite ville du Piémont à 20 km de Aqui Terme. Autres villes proches : Alba et ses trufes et Asti et son vin pétillant !
Une très belle région, reposante... idéale pour s'arrêter un moment ... et pas très chaude, Ponzone se trouve à 600/700 m d'altitude

brigetoun

curieux je n'y entre pas. Pas une critique, sans doute du au moi d'aujourd'hui.

marie.l

merci Tiago, même si je ne fais pas de sculpture et n'écris que de modestes mots, que tu aies évoqué Henri Thomas me fait plaisir et ma semaine commence bien à lire toute ta semaine écoulée, ici et dans ton autre chez toi !

Cristina M

C'est vrai que
De cette île
D'où je t'ecrits
C'est un Hiver
Qui sans doute,
Sera froid...
Pourquoi pas un peu de neige
Pour faire le contraste avec les eucalyptos!
Alors ce poème, tombe tout juste,
Et j'ajoute que moi aussi Henry Thomas.

Guess Who

* Brigetoun : cela arrive des jours sans ... ;_)
* Marie.l : toujours un plaisir de te retrouver...
* Cristina M : Des eucalyptes sous la neige; drôle d'image. Tu m'en feras une photo maninha ?

Cristina M

Si si Maninho, je t'assure, l'an dernier il a bien neigé... bon, seulement
la neige se fondait tout en tombant, mais puisqu'il fait déjà
bien froid, il ne sera pas trop étonnant d'avoir un beau spectacle,
esperons seulement que j'aurais la caméra ce jour-là!

Margarita Guarderas


Henri Thomas,à l'asile du 14ème où est mort Becket: "...Ce n'est pas un adieu, c'est un au revoir..." Plus jamais. Pourtant l'au revoir fut vrai, fut tenu, est vrai...

" Vous ne m'aurez pas",fameux numéro de "SUD",si bien dirigée par Paul Martin.

Margarita Guarderas

"T'avoir", personne ne l'a pu Henri, peut-être les chats, Bertand ou Cervelas,ou celle qui leur ressemble, libre et farouche, à ta mesure, Claudine

Margarita Guarderas

"Rater" la lecture du "Migrateur" et des Nouvelles d'Henri Thomas serait ne pas avoir tout compris

Margarita Guarderas

Henri Thomas était un magician de l'écriture, il était gai,génereux, obsevateur, un poème triste ne rend pas son image, il y en a un, très beau, que j'aimerais mettre das ce "blog", il faut le trouver,ce devrait pas être compliqué, M. Guess & Who", voyons:

"LA CHAMBRE"

Neige du corps aux douces pentes,
Plus haut que l'ombre des bas noirs,
Le mouvement des longues jambes
Si loin m'égare certains soirs

Que cette courbe de ton corps
Est le pays où je m'éveille,
Une terre d'avant les jours,
D'avant le sort, si peu pareille

À cette chambre où tu t'endors,
Mon pauvre amour selon le sort

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages