Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« De l'absence du blog, des photos et de toutes sortes de choses | Accueil | Yan Pei Ming regarde son père (2/4) »

21 janvier 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Annie-Claude

t'as bien de la chance, d'avoir tout ça à portée d'oeil !!! et surtout de savoir en profiter.
Bonne semaine à toi.

brigetoun

je l'ai toujours imaginé vif (le portrait doit être superbe, avec cette liberté de la touche) - et sur la photo c'est juste un vif qui se protège !

marie turpault

J'ai vu un documentaire sur la fondation Maeght, parlant précisément de Giacometti et je comprends ce bonheur éprouvé de voir de visu une partie de son oeuvre. Grand bonhomme !!! Et je te remercie de nous faire partager cette visite. Il paraît qu'il n'était jamais satisfait de son travail et que, lors de ses absences, son entourage proche venait "voler" et cacher ses sculptures afin de les épargner de la destruction.
J'attends la suite .....
(je reviens petit à petit mais je n'ai pas encore eu le temps de lire les 2 derniers mois de ton blog). En tous cas, mille mercis pour ton soutien moral.
Bizzzzzzzzzzzzzzz

Hélène de l'Ile Maurice

Je découvre ton blog et le trouve MAGNIFIQUE ! Bravo !

Ossiane

Tu repars au quart de tour sans qu'on s'y attende;-) Imprévisible tu es!

*********************

son oeil sensible
son visage buriné
tendu vers l'humain

********************

chairs chaotiques
un squelette décharné
l'Homme à son image

********************

Un bel endroit à rêver et penser que je connais un peu...

double je

Merci pour ce beau reportage d'un endroit que j'aime et d'un artiste qui me bouleverse...
as-tu lu "Un portrait par Giacometti" de James Lord
le journal souvenir évoquant les 18 après-midi qu'il a passés dans l'atelier d'Alberto en posant pour son portrait ? de plus les photos montrent l'avancement du portrait et l'atelier

LaTartine

Il faudra expliquer un jour aux musées (ou aux artistes) qui ne permettent pas aux visiteurs de faire des photos que c'est une erreur dont personne ne profite ! parce que tes photos, tes histoires donnent envie de se précipiter de voir en vrai les expos que tu racontes si bien.

Guess Who

* Brigetoun ............ vif, oui peut être, mais solitaire, entièrement dédié à son art

* Marie Turpault : content de te revoir sans béquilles !

* La Force est avec moi ... bahh faut pas se laisser aller et R E A G I R !
Dis donc, tu deviens une figure du Haiku ... ils sont vraiment beaux !

* Double Je : Non, je ne l'ai pas lu. Tu nous en parles un peu plus ?

La Tartine : Merci La Tartine pour le compliment, cela me fait plaisir de savoir que mes petites saynètes vous donne envie d'aller découvrir par vous même ces oeuvres.
Pour les photos dans les musées, les choses s'arrangent petit à petit, car certains musées autorisent les photos (sans flash ce qui est normal)
Et la Fondation Maeght est en plus un exemple que cela peut leur rapporter des sous : ils facturent 2,5 € l'autorisation pour prendre des photos. Guess Who et les touristes leur assurent désormais de belles recettes ...

lusina

Et peut-être des visiteurs... en effet, on a envie d'aller voir en vrai.

On dirait qu'il y a une parenté entre les hommes des deux tableaux ?

L'Apôtre

Bonjour, beaucoup de chances de pouvoir admirer ces pièces.
Le portrait de Giacometti par Yan Pei Ming est très spectaculaire comme toute sa production mais il nous amène à nous poser certaines questions. La première chose est que Giacometti n'était pas si fragile que l'on pourrait le croire de première abord, il avait traversé les Alpes à pied pour venir à paris, c'était un montagnard, un homme du rocher.
Autre point, le territoire qu'a défriché dans son art Giacometti, le coté éphèmère ,tragique du vivant et en même temps toujours "debout" qui n'abdique jamais, nécessite à contrario beaucoup de forces et d'abnégations. Cette aventure s'apparente à une lutte qui nécessite beaucoup d'engagement.
Je pense que le problème est ailleurs.
Peut-être dû aux proportions ,du portrait de Giacometti par Ming,par rapport à l'espace de cette toile.
Je me demande même si Ming, au lieu de vouloir faire un zoom sur le beau visage d'Alberto, l'avait circonscrit à une partie de l'espace du tableau, si la sensation produite n'aurait pas été toute autre.
Finalement, est-il judicieux de faire un gros plan du visage de Giacometti car comme il disait lui-même, plus je travaille et plus je m'approche du squelette.
La peinture de Ming, que j'apprécie, est vue au travers d'un écran, et ne s'approche pas de cette dialectique.
Alberto réduit pour révéler l'espace et Yan Pei pratique une sorte d'expansion matiériste; à mon humble avis si Ming s'était volontairement limité à une partie de la toile, nous n'aurions pas cet effet étrange qui il est vrai ne reflête pas réellement Giacometti. D'autant plus que Giacometti s'est toujours confronté et posé des questions sur l'échelle des choses qu'il représentait et sa vision, à une époque ces sculptures tenaient dans une boite d'allumettes.
Yan Pei Ming s'est surtout attaché au souci de représentation du personnage, à l'image, plus qu'à la psychologie du personnage.
Il est vrai que le sujet est de taille et yan Pei Ming n'a peut-être voulu que nous montrer ce que les images actuelles font de la personnalité traitée et par conséquent de la faiblesse et de la pauvreté des images numériques.
En tout cas, cette image nous interroge.
Bonne nuit.
L'Apôtre

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.