Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« Guincho | Accueil | Petite pause »

08 mai 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Réac de Gauche

Tiago, vous m'avez mouillé les yeux.

Il faut dire que le Portugal est si attachant, même pour un étranger...

double je

Superbement nostalgique...

JC-Milan

Le jour où on lace ses chaussures et on part, on devient soi-même... et on part à sa propre recherche. Je l'ai fait aussi, il y a longtemps, en quittant des sommets et des vallées plutôt que des falaises...

Stéphanie

Superbe, poignant, émouvant,… Nous effleurons du bout des doigts le vrai Guess derrière ce post … merci.

brigetoun

ça ressemble au Finistère. Touchée de toute façon par votre histoire, et quelle que soit la réponse à ma petite question : ce départ c'était pour l'Afrique ou pour éviter l'Afrique ? J'ai toujours eu le plus grand respect pour les portugais (dans la mesure où l'on peut juger un peuple en bloc)

Nanoue

Emotion++++
Moi, j'avais 2 ans et aucun souvenir. J'imagine le déchirement de mes parents, je suis d'ici et d'ailleurs...Oh oui. Guess who and where.
Saudades.

cristina

Grande émotion en regardant ce reportage!Vivement le mois de juillet, et merci!

elisabetha

très beau Tiago. Ecrit avec justesse, pudeur, et émotion. Un homme et sa terre, pour toi un homme et la mer. Baudelairien avant d'avoir lu Baudelaire.
Envie de te relire, de regarder tes images un peu sauvages, et l'envol d'un oiseau libre sur l'océan.
Poéte, voyageur, penseur, tu vogues de blog en blog, ta plume vagabonde.

nina

les larmes aux yeux que en lisant ton texte...

cyberannie

Quand vous parlez du départ pour l'Afrique, faites vous allusion à l'Angola et à la guerre de décolonisation, puisque si j'ai bien compris c'était sous Salazar?
A propos de cette guerre je suis très touchée par les romans de Lobo Antunes qui a vécu cette guerre et en est revenu complètement meurtri, mais qui à mon avis est un des plus grands écrivains contemporains

mamiblues

j'ai le coeur serré, quel déchirement que de quitter sa patrie, et que de nostalgie encore dans ce récit... tu es un fameux bonhomme Tiago et je te tire mon chapeau!

Cristina M

Les larmes aux yeux... parce que ton texte est trés touchant et à cause de celà, la nostalgie...
Quando nous sommes partis, ne savais que juste les quelques mots en français que tu m'as pris.
Mais je n'ai pas eu peur de partir, je sentai qu'un jour j'allais revenir (n'étant pas garçon...) et d'ailleurs je ne regrette pas l'aventure.
Et depuis: j'ai pris le goût d'avoir la "maison sur le dos".

brigetoun

accessoirement les photos sont très belles

jlhuss

Très beau texte mon cher Tiago ! Tu vois les falaises et l'océan sont toujours là ! Et la dictature n'est plus! Quel beau pays...que malheureusement je ne connais pas.
Très amicalement

Miradas

Bien difficile de transmettre ceci à nous autres qui n'avons pas connu tout ceci: l'exil forcé, la dictature.
Difficile à transmettre, mais je crois que tu y es parvenu. La sincérité, la nostalgie, les sentiments qui émanent de ton texte nous atteignent, au plus profond d'entre nous. C'est fort!

Monique

Exilée du pays où je suis née, sans espoir de retour, je comprends très bien les sentiments que vous évoquez , même si les situations sont différentes.C'est très beau, merci.

candide

Merci pour ce très beau moment partagé.
"Là où la Terre finit et la Mer commence…

Oui, l’aventure pour moi commençait"

Quitter la falaise et commencer l'aventure de la vie
Impression qui me revient: un moment qui était:
être au bord d'une falaise,
en bas c'est la mer et avoir à plonger pour trouver le mouvement de la vie
comme lâcher les certitudes auxquelles on s'aggrippe, lâcher le connu pour accepter l'inconnu de la vie

choses vues

Où l’on comprend la photo du goéland de février.
La liberté était dans ce vol, l’arrachement aussi.
On ne savait pas où, votre beau texte donne la clé.
Pensées, sentiments si personnels, intraduisible “saudade”…

Myblogforyou

Prendre son envol pour trouver sa liberté,
se découvrir à travers des voyages au long cours,
et revenir enfin près des rivages nourriciers, ...apaisé.
Très beau texte qui nous remplie d'émotions :-)

clementpembroke

c'est beau....

Ossiane

Beaucoup d'émotion dans tes mots et une petite larme à l'oeil pour moi. Ces départs qu'on pense définitif doivent être de véritables déchirements lorsqu'il s'agit de fuir une dictature. Je suis contente que tu aies pu retourner là-bas. Pensées à Cristina M également.

wictoria

je ne connais pas le Portugal, ni les paysages, ni les recettes et lire tes derniers billes m'ont fait découvrir "plus". Un peu de toi dans tes souvenirs raconté avec tant de sincérité. Je me sens du coup un peu comme...
Comment disais-tu déjà... "Une sorte de bonheur intérieur atteint grâce à un état dépressif et une tristesse contagieuse".

Annie-Claude

Merci, mille merci pour ces mots si personnels et émouvants.
Comme Ossiane, les larmes me viennent.
Chapeau bas, Tiago, pour évoquer si bien ce vécu de déchirement.
Je t'embrasse bien amicalement et solidairement aussi.

cristina

Tout va bien, Tiago?
Ton silence inquiète.
Bonne soirée .

lobita

L'Océan en décembre! Loin des cris des touristes, des radios et des tenues criardes de l'été! Et ce regad noir des falaises, leur visage écorché!

jacqueline k.

Merci pour la mouette, j'avais oublié à quoi ça ressemblait.
You made my day ....

jacqueline k.

Merci pour la mouette, j'avais oublié à quoi ça ressemblait.
You made my day ....

uu

Et bien dis donc, c'est bien émouvant tout ça...

Je ne croyais pas si bien dire en écrivant ma note sur ton MAC et cet histoire de feu follet qui allait de par le monde...

Merci pour cette si belle note...

[Des mots pour apaiser, pour voyager, pour penser à autre chose, c'est ce que tu vas recevoir de ma part lundi...]

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.