Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« Sintra | Accueil | Queijadas de Sintra »

30 avril 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Stéphanie

Une belle histoire emplie de respect ...j'aime ces découvertes au détour des chemins ...

Ouiiiiiiiiii !! J'ai faim !!

cristina

Hum,les queijadas de Sintra...j'adore!!!
Pour le lieu que tu as visité, j'ai lu dans le journal de Sintra qu'il était en bien mauvais état,qu'en penses tu?
Bon premier mai!

JC-Milan

Superbe site, Guess Who

Nanoue

je garde aussi le silence devant cette austérité de vie. Mélange de respect profond et malaise de savoir ce que l'homme peut infliger ou s'infliger au nom d'un idéal, d'une idée..Ca ne laisse surtout pas indifférent.

uu

Je regrette qu'on ait été trop pressé... On est allé à Sintra mais on a pas pu s'arrêter à ce couvent. Le lieu a l'air serein et reposant...

Nous au contraire, on fonçait, vers la grotte de l'Ours, pas loin de là !

[Et c'est vrai qu'on s'est régalé au Portugal... dis, tu parleras des pastéis de nata ? Pour les queijadas, snifff, on n'a pas goûté non plus !]

uu

ah j'oubliais... j'ai mis à jour ma note avec ton couvent des Capucins. Merci !

Rufino

Merci pour m'avoir fait découvrir cet endroit,

Rufino

Pierre(2)

Merci du détour sur mon blog. J'apprécie depuis plusieurs mois vos publications. Ici, un beau reportage sur ce couvent des Capucins, semble-t-il à l'abandon! La nature reprend ses droits! L'humilité qu'est-ce que l'humilité en ce monde qui est le notre?

Cristina M

C'est un endroit que j'aime beaucoup aussi. On sent dans ce couvent la paix et le fait d'être dépourvu de tout ce qui peut distraire l'esprit, fait qu'il est trés spécial.
Et aprés cette promenade, c'est vrai qu'on a faim... l'autre jour j'ai fait des pasteís-de-nata mais ce n'est pas tout à fait les mêmes de Belém! Peut-être que j'aurais plus de chances avec les «travesseiros» aux amendes?
On pouvait les acheter au même endroit que les «queijadas de Sintra»: la fameuse patisserie (à Sintra) «Piriquita»!

Monique

J'aime ces lieux secrets et retirés, hâvres de paix propices à la méditation.Et ce petit portail bleu entre ces blocs de pierre qui semblent à la fois le protéger et le menacer, insolite passage vers un autre univers...

Guess Who

> Cristina : le couvent a été laissé à l'abandon pendant plus d'un siècle, et a particulièrment souffert de vandalisme dans les années qui ont suivit la Révolution des Oeillets : grafittis, azulejos arrachés etc, agravé par le fait que les jardins n'ont pas été entretenus.
Depuis le début des années 1980, des gros efforts ont été accomplis dans la réahbilitiation de ce site. Et mème si certaines marques n'ont pas encore disparu (sur mes photos il y a encore des grafittis) cela va beaucoup mieux maintenant. Le site désormais est clos et les visites se font systématiquement accompagnées d'un guide

>UU : comment veux tu que j'ose parler de la pâtisserie portugaise sans mentionner les Pasteis de Belem ? Patience, encore quelques notes avant d'y arriver !

elisabetha

bon contrairement à certains j'aime pas du tout les couvents, prisons des femmes pendant tant de siècles; je te rejoindrais bien volontiers sur les patisseries( les tiennes ont l'air de ressembler à ce que chez nous on appelle les"masapan" déliciosités que j'ai quitté en quittant ma ville de Casablanca. Guess de Gambas je te salue et je salue tes saveurs.

uu

ah chouette ! les pasteis de Belem !... j'me rappelle leur nom maintenant !

Ossiane

Quelle vie spartiate! A méditer ...

Angèle

Bonjour, Guess Who. Merci de cette longue promenade dans le ralenti du temps. Ce lieu m'évoque La Verna, en Toscane. C'est là que saint François d'Assise vivait retiré. Plus solitaire encore que tes huit capucins.

Il "Poverello" vivait à l'écart du monde et de ses richesses (qui avaient pourtant été les siennes dans sa jeunesse). Et c'est là, dans le dénuement extrême de ces grottes, qu'il a composé, vers 1224, "Il Cantico delle Creature", lui qui savait parler aux oiseaux et aux loups.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.