Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« Mes enfants sont des andouilles ! | Accueil | Le temps de l'Automne II »

02 novembre 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Annie-Claude

Ton grand-père avait sûrement raison.
Un grand moment de chagrin perso, mon mari a eu l'idée généreuse de m'amener une journée entière en bateau, au large des Calanques. Oui, cela calme, on fait le point, le vide, on en ressort apaisé.
La vie continue.
Amitiés.

bourrique

c'est vraiment à 10 mn du centre de Nice?
sans embouteillages, sans travaux pour le tram, sans feux, sans rien et avec un bolide, pas une bourriquomobile, dites!

cristina

Tu habites un endroit merveilleux ou l'hiver n'ose pas trop frapper à la porte

Cristina M

Grand-pére avait raison... et tu peux faire de belles promenades et de nous les faire partager, même de trés loin!
J' adore me promener avec toi, comme ça, seulement en observant la Nature et le silence est la belle conversation que l'on peut avoir en ces moments si calmes.
Douces couleurs de l'Automne: trés poétique et apaisant à la fois.
Si tu habites à quelques minutes du centre de Nice, c'est que la mer, elle n'est pas loin non plus!!!
Le bruit des vagues... Ah! Que saudades de l'été au Guincho!
Bonne journée

Andrée

jolies images, comme toujours... beaucoup de nostalgie, de tristesse, même si la promenade t'as fait du bien.

mb

Les grands pères ont toujours raison... surtout maintenant que je le suis ! Bon, cette ballade, c'est vraiment beau. Merci de nous faire partager la beauté abyssale du quotidien !

oreillette

quel philosophe ton patriache

et quel bonheur de mettre son nez au frais des senteurs
feu de bois mmmhhh

mon hautbois était un merveilleux compagnon mais infernal que j'ai dû rendre à mon éléveur après 4 ans car c'est un chien qui avait tellement besoin de courir de creuser la terre de dépenser 1000watts et je suis de la ville... c'et il ya longtemps

amitiés bestioles

double je

bien que j'habite à la campagne à deux pas de la ville, bien que mon grand'père m'ait dit d'autres mots je suis allée me promener sans tristesse dans ton blog...

Miradas

D'accord avec le grand-père, même si il y a quelques années déjà, les promenades étaient accompagnées d'un arrêt au café du coin, gnôle à l'appuie... Mais peut-être que l'ennivrement participe de la promenade!
Tu m'as provoqué, par tes mots et aussi tes belles photos, plein de nostalgie. Faut dire qu'ici, la promenade à la campagne, sous un climat désertique, ça ne rafraîchit pas vraiement l'esprit! à 45° à l'ombre. L'hiver est plus propice, mais les petites bêtes du désert sortent plus facilement. Il paraît même que certaines d'entres elles on des moeurs hostiles!
Bravo Tiago pour ta note et les précédentes. Bonne soirée

Ossiane

Rien de tel qu'un bon bain de nature pour faire le point, se ressourcer malgré le chagrin qui te tenaille toujours. La campagne est encore belle à cette époque; il y a toujours des fleurs. Amitié.

Pierre

Il faut ériger la formule de ton grand-père en adage!
Que de choses splendides en la nature en ce moment pour nous consoler de la société si triste et pauvre.

Guess Who

> Pierre : bienvenue dans ce blog. J'ai vite parcouru le tien, et j'y retournerai car il y a de belles choses

> Ossiane : la campagne est toujours belle ...

> Miradas : Heureux de te revoir et te reparler...

> Double Je : raconte nous ce que te disait ton grand père à toi...

> Oreillete : sourire pour ton compagnon, je m'en doutais... le seul chien de cette race que j'ai connu calme était le mien... je vous en parlerai un jour

> Mb : mezrci pour ta visite

> Cristina M : hélas il n'y a pas de vagues à Nice comme à Guincho ... cela me manque ! autant qu'a toi dans ton coin desertique !

> Andrée : content de te voir manifester enfin ...

> Cristina : chiche que ma prochaine note sera sur Nice et la neige !
> Annie-Claude ... merci

> Bourrique : Mame Bourrique j'ai 6 feux rouges pour lacher mon Zig au Lycée Massena ... 1 minute d'arrêt devant chaque feu rouge (tous au rouge...) 1 minute pour aller de feu rouge en feu rougue ... cela me fait 14 minutes ! J'avoue, j'ai un erreur de 4 minutes sur l'intinéraire ... à moins qu'une bourrique traine devant la voiture !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.