Ma Photo
Ce widget Blog-It Express est © Damdam's World / Damien Guinet.
Vous pouvez l'installer sur Blog-It Express.

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Les blogs qui voyagent

Les blogus et l'Art

« Le temps d'un moment | Accueil | Il est parti... »

25 octobre 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

double je

j'aime beaucoup cette note, les oiseaux, le gris bleuté du ciel,ton questionnement...

ma réflexion un peu nébuleuse à presque minuit

les mots sont des oiseaux sauvages,
les hommes des oiseaux de passage,
la mort une cage dont les oiseaux sont partis,
le plus beau voyage celui que l'on n'a pas encore fait, et lorsque la peur est plus forte que l'élan de l'inconnu la vie s'arrête...
alors voguer le long du fleuve, ramer, rentrer, trouver le temps, chanter doucement une silencieuse mélopée qui parle de la vie ...
qui parle des oiseaux qui volaient au loin, sans peur, et sans temps...

Ossiane

Quel ballet superbe tu offres à nos yeux! Ces arabesques sont gracieuses et très spectaculaires. Elles ne me font pas peur et m'emportent très loin sans avoir besoin de me déplacer. Ce sont les médias qui créent ce climat de peur que ce soit au niveau des cataclysmes, terrorrisme, maladie pour faire monter l'audimat. C'est avec ces procédés qu'on musèle des peuples. Je ne sais pas si je suis vraiment dans le sujet de ta réflexion qui est sans doute d'ordre plus poétique. Bonne nuit.

Cristina M

Le vol des oiseaux...

Je voulais:
être un goëlan
être prés de la mer
vivre en liberté...
Mais voilá,
une menace à cette liberté
vient nous troubler,
profitons encore un peu
Tant qu'on nous nous n'enferme pas
dans nos propres cages,
Comme des oisaux...!

Un monde sans le chant des oiseaux, est un monde sans notes de musique: un monde de silence!
Chantons comme la cigale l'a toujours fait et profitons encore de ces moments de paix que tu nous fait partager, avec le rameur au milieu du fleuve, oú rien ne le dérange.
Bonne journée, à toi mon frére

oreillette

chorégraphie des migrateurs
quelle danse pour nos yeux
ouaouhhhh

Guess Who

> Ossiane : Tu es sur le même chemin que moi. Sans vouloir minimiser les dangers de la grippe aviaire, je suis surpris par l’abattage fait actuellement par les médias ; si l’on voulait créer une psychose de panique on ne s’y prendrait autrement !
J’observe depuis quelques jours l’attention redoublée que les média portent sur les oiseaux migrateurs qui vont et qui viennent, de passage par chez nous ; les flux migratoires deviennent la principale source de danger de contamination et tout ce qui vient d’ailleurs est désormais suspect.
L’ouverture hier des journaux sur la mort d’un perroquet et onze malheureux étourneaux est le signe que les médias sont devenus fous et que le temps des grandes peurs d'ailleurs peut s'exprimer ouvertement au vu et au su de tous.

Seule solution pour ne pas être mis en cage comme les poulets ; ramer tranquillement vers son destin en prenant son temps…

La route, le sida et la dépression nerveuse conduisant au suicide, continuent d’être les principales causes de mortalité des jeunes dans notre monde.

PS : Et puis, il fallait bien que je place mes photos de pélicans… :)

cristina

De belles photos ou les oiseaux volent librement sans se poser trop de questions...!
Ne cédons pas trop rapidement à la panique!
Bonne journée.

Annie-Claude

Bien d'accord avec vous, Ossiane et toi.
Ce mouvement de peur de l'autre, l'étranger et maintenant l'oiseau, m'inquiète profondément. Nous marchons de plus à plus à reculons, comme si nous souhaitions que tout se fige, comme si l'avenir devait obligatoirement faire peur.
Reste cette belle image du rameur (en espérant qu'il ne rame pas trop longtemps à contre-courant).
Amitiés.

Olivier

Comme je l'ai dit chez Elisanne derrière cette grippe aviaire, se cache des enjeux commerciaux, des catastrophes oubliées, des guerres gratuites (Irak, Tchetchenie), etc... Et qques lois chez nous qui passent dans notre dos, réduction de l'ISF par exemple.
Constat bien amer...

Belle journée quand même,
OLIVIER

Ossiane

Tiago, il ne s'agit pas de minimiser les risques mais les médias font beaucoup de tapage quand des occidentaux sont ou risquent d'être touchés par des calamités. Mais quand il s'agit du Darfour ou du Pakistan, on en entend à peine parler. C'est révoltant.

JC-Milan

Hitchcock...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.