« Palu Valéry - L'Insinuant | Accueil | Paul Eluard - Celle de toujours, toute »

17 juillet 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

marie-claire

Je me couche tard
J'attends une forme de silence
Qui n'arrive jamais tôt
J'attends l'intensité la concentration de l'heure tardive
Ardente et nue
C'est alors que les miroirs resplendissent de leur deuxième éclat
C'est alors qu'on voit le dessin du vide
C'est alors qu'on voit soudain
Notre propre main posée sur la table


C'est alors qu'on voit le passage du silence


Navigation très ancienne et solennelle


Attente de Sophia de Mello Breyner


Belle journée....

Marieclaire en dilettante.........

Annick

Comme c'est joli! merci!

Tania

Très jolie alliance des vers et de l'image. Rêvons.

Jean SAINT-VIL

Attentes

J’attends le souffle de vie
Qui fait briller autant
Les nuits que les jours sombres
Pour tous ceux qui respirent.
J’attends le coup de gong
Du saut dans l’inconnu
Qui donne le feu vert
Aux énergies naissantes.
J’attends le grand silence
Qui meuble de tout son poids
Le vide des existences.
J’attends la nudité
De l’heure qui fait tourner
Les aiguilles du temps.
J’attends peut-être pour rien qui vaille
Tous les effets d’annonce
Au compte-gouttes des jours.


Jean SAINT-VIL
le 17 juillet 2009

Cesar

Merci...

( "Je parle d'une jardin" ou "d'un jardin" ? )

poétiquement
Jean-Claude

Fan

Nous sommes lundi et pas de nouvelle poésie. Ce n'est pas son genre à Guess de nous laisser comme ça en rade dans le port de Lisbonne.
Quand il part en vacances, il met toujours un petit mot poli.
Bon. J'espère que tout va bien.

philarmor

Des morceaux choisis, et que du bon choix.
Merci.
Je me permet de mettre en lien sur mon modeste blog.
Philarmor

Jean SAINT-VIL

Plaisirs des lèvres

Les lèvres se boivent
Comme des verres
Pleins de baisers
Et de plaisirs.

Les lèvres s’effleurent
Comme des pétales,
Papillonnant
De fleur en fleur.

Les lèvres se lèchent
De proche en proche
En face à face,
Lent, vite et lent.

Elles émoustillent
D’entrée de jeu
Du souffle d’amour
Qu’elles injectent.

Elles peuvent soûler
Comme le champagne
Ou l’héroïne
Le long des veines.

Et mordiller
Lèvres et tétons
Comme des enfants
Aux dents de lait.

Les lèvres vont loin,
De loin en loin,
Chaque fois plus loin,
Au plus profond.


Jean SAINT-VIL
le 28 juillet 2009

Jean SAINT-VIL

Quête d’amour

Prends le vide de ma vie,
Pour en faire matière,
Une matière à mouler de tes mains
Comme une pâte à modeler.
Pied à pied, son corps cher à tes rêves,
Prendra chair à tes yeux,
Dans tes bras qui formeront
Un beau cercle qui se fermera
Comme une boucle sans fin
Dans le halo de la nuit
Qui éclaire nos amours
Comme les feux qui scintillent
En plein cœur d’un orage.


Jean SAINT-VIL
le 20 août 2009

Jean SAINT-VIL

Comment l’amour ?

Je commencerai par le bon bout
Qui de l’amour ouvre la porte
Et qui aspire le désir.

Je finirai par les éclats
Qui franchiront le mur du son,
Que tu voudras peut-être taire,
Toi qui te méfies de tous les bruits,
Sauf des bruits de fond
Des coups de foudre
Des grands orages de l’amour.


Jean SAINT-VIL
le 23 août 2009

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Ma Photo

Musique du jour

  • I love Paris - Elle Fitzgerald

Catégories

Pages